Gauthier – Le long de la falaise – 116 Mars

Déambulant le long de la falaise,
La houle rythmant mes pas,
Mon coeur réinterprète la genèse,
Loin des fastes du grand opéra.

Elle : La fable est en scène.
Moi : Nos amours aux jardins.
Nous : Le rideau, puis la peine ?
En aparté : Se séparent nos chemins.

Noir, tragique est notre chute.
Nuit, la foule est en délire.
Au jour, vis notre lutte,
Quand la lumière vient à périr.

La pluie m’extirpe de mes songes.
Seul, face au néant, bleu océan.
Marqué, tel la falaise que je longe.
Usé, comme la pierre par le temps

Please follow and like us: