Jean – Je n’ai jamais compris, admis – 100 Mars

Je n’ai jamais compris, admis

La haine d’autrui, de l’étranger

Cette richesse inouïe de beauté

Sa différence qui m’enrichit

Alors quel est ce ver

Qui ronge les temps

S’insinuant pervers

Dans les esprits, bavant

L’homme serait donc ce loup

Tout est permis, tout est fou

À délier ce lien qui est notre

Celui du fraternel autre

Car sans toi je n’avancerai

Nulle part, nul horizon

Pour trouver ce qui est bon

Cet être aimé, l’espéré

Please follow and like us: