Zu Rac – Nuit Debout – 106 mars

Tous ces procédés d’acétone et ces bijouteries carcérales ont eu beau nous ravager la tête, vient le jour enfin où nos crânes peuvent fleurir leurs cheveux d’estragon.

On en aura mangé des déchets, avec une tranquillité volontaire, de celle des nouveaux-nés, la bouche ouverte et les yeux clos, accueillant sans gémir des champs entiers de réverbères, des images aux couleurs impériales, obsédantes, rouge saumon de rivière, des publicités d’apothiquaires et des trafics d’influences pharmaceutiques directement branchés sur les synapses.

Révélez votre identité créative! grâce aux écoles supérieures privées et aux emprunts bancaires.

Foutaises!… Société d’arnaqueurs et mafia gouvernementale. Ils disent : « vendez vos cerveaux à la sauvette sur le marché de l’art naïf! » Eheh, mais les VRPs, c’est nous! transbahutant nos chaines aux pieds, chaines hi-fi, chaines en or et mille cinq cents chaines de TV.
On nous travaille la pensée. On nous travaille à la chaine. A la chaine de causalité circulaire.

Circulez! Y’a rien à voir! si ce n’est encore les réverbères, les réverbères, les réverbères…

Prochain arrêt: métro C. Direction ? Aucune idée. Où va-t-on ? Quelque part – un horizon troublé de destinations indifférentes. Qu’est-ce qu’on veut ? Autre chose. Pourquoi ? Parce qu’au premier jour de glace il y avait un écriteau disant : Assieds-toi! Tais-toi! Sors ta trousse! Écris tout! Retiens tout! Comprends rien!

Alors on passe la nuit debout, et le jour, on dort, debout, aussi. La nuit debout ça veut dire la chouille dehors, peut-être ça mène à rien mais bon, comme tout le reste.

« Il n’y a plus rien! disait Léo. Il n’y a plus plus rien! »

L’espoir, on le cultive avec du froid, du silence qui parle trop, des matraques en silicone et des armées d’automates, d’entrepreneurs et de mercenaires payés rubis sur l’ongle pour qu’on soit tous coiffés à coup d’scalpels, et pis surtout qu’on la ferme! et qu’on s’y fasse à l’insomnie, le nez plongé dans l’oreiller et qui répète « Y’a rien à faire… Attends! » Alors j’attends la fin du monde dans une cellule capitonnée, tombeau trois étoiles et vampire triste.

Et les bombes? Rien à foutre, de toute façon on mourra jeune, c’est sûr, avec tout ce qu’on s’enfile dans le cornet juste pour oublier l’ennui. Mais l’ennui, on le fera taire, la nuit, debout!

Please follow and like us: